Qui sommes-nous ?

La rédaction compte dans ses rangs une quarantaine de chroniqueurs de tout horizon : du journaliste en quête de liberté en passant par le passionné de club, tous font partie intégrante de l’aventure CartonRouge.ch. De cette quarantaine de chroniqueurs talentueux, une quinzaine fait partie du «noyau dur» et participe activement à la vie du site, au moins une fois par semaine. Les autres membres de la rédaction écrivent de manière occasionnelle. La rédac s’enorgueillit de regrouper toute une vague de passionnés, de Genève à Sion et de Neuchâtel à Lausanne en passant par Bienne, Fribourg, Moutier ou Yverdon-les-Bains.

 

Deux personnes sont à la base de ce projet et s’occupent du bon fonctionnement du site.


Marc-Olivier Reymond, fondateur & rédacteur en chef

Trentenaire enthousiaste et un peu rêveur, Marc-Olivier gère le Bamee Bar les jeudi, vendredi et samedi soirs et y travaille quelques jours à midi. Dans son temps libre, Marco – comme on l’appelle – pratique du tennis, de la pétanque et le levé du coude, discipline dans laquelle il excelle, au même titre que l’imitation de Michael Phelps et Usain Bolt. Ce supporter du sport lausannois devant l'éternel (le pauvre) a toujours eu une prédisposition naturelle à connaître plus facilement les noms des joueurs de football que son vocabulaire d’allemand. Cette passion l’a amené à créer, en mars 1995, le journal papier Carton Rouge avec son frère Anthony et Vince McStein (avec qui, au passage, il écrit le vrai-faux blog de Marc Rosset). Imprimé sur une photocopieuse noir/blanc et tiré à 500 exemplaires, ce magazine d’abord hebdomadaire puis mensuel arrêtera de produire en juin 1997. Neuf ans plus tard, cette flamme brûle encore et voilà qu’il lance CartonRouge.ch le 16 octobre 2006 avec son compère Daniel Corthésy. Le début d’une belle aventure...


Daniel Corthésy, fondateur 

Diplômé en Relations Internationales de l’Université de Genève (IUHEI), travaillant actuellement au Comité International de la Croix-Rouge (CICR), Daniel use de sa diplomatie afin de gérer au mieux les fortes personnalités et les différentes sensibilités présentes au sein de la famille cartonrougienne. Désormais délégué du CICR, il part mettre en pratique sur le terrain sa longue expérience des conflits non-armés au sein de l’éclectique et parfois caractérielle rédac de CartonRouge.ch. Véritable passionné de sports en général (tennis, football & unihockey en particulier), il les pratique à tour de bras mais surtout en coups droit dans le filet. Sur un terrain, il aime crier et surtout déstabiliser ses adversaires faibles mentalement. Il part toutefois avec un déficit face à ces adversaires puisqu’il soutient la pire organisation sportive au niveau mental de tout l’univers : le Lausanne Hockey Club.

 

D’autres personnes participent activement à la vie et à la réussite de CartonRouge.ch. Liste des rédacteurs non-exhaustive :


Robert Johanson, associé et dessinateur

Soutien financier de la première heure et homme qui murmure à l’oreille des chevaux, ce passionné d’équitation a travaillé à la Fédération Equestre Internationale avant de trouver une herbe plus verte dans les prairies d’une nouvelle Fondation Internationale dans la Cité de Calvin. Après avoir suivi une formation de communication visuelle, Robert a produit un épais portfolio retenu pour l’admission à l’ECAL. Lors de ses moments de détente, il joue au tennis et fait du vélo autour de la Suisse. S’inspirant des paysages et personnages plus ou moins gracieux qu’il rencontre, le dessinateur de CartonRouge.ch met tout son coeur et son imagination pour apporter la touche artistique du site.


Alex DeLarge, ski alpin

Quand viennent les premiers froids et blanchissent les sommets, Alex se réveille. Encore bâillant, il s’emmitoufle avec tout ce qu’il trouve. Puis il sort et patiente sur le trottoir. Passe une caravane. C’est celle du Cirque Blanc. Alex embarque à bord. La transhumance dure tout l’hiver. Quand remontent les températures et verdissent les sommets, Alex rentre chez lui et se rendort.


Andy Tschander, multisports

En ce monde, rien n’est certain, sauf la mort et les impôts. Pour ce jeune juriste-fiscaliste né à la fin des années soixante, on peut également rajouter : la passion pour le sport. Tombé dans la marmite dès son plus jeune âge, cet enfant des Alpes vaudoises américano-suisse a grandi en suivant assidûment tous les grands événements sportifs, se levant régulièrement au milieu de la nuit pour suivre sur le signal faible de la radio des forces militaires américaines (diffusée depuis l’Allemagne) les finales de baseball, football américain ou de basket. C’est donc couché dans son lit qu’il a vécu en direct Lorenzo Charles marquer le panier décisif pour North Carolina State de Jimmy V en 1983, ou Kirk Gibson frapper son home run légendaire sorti d’un film hollywoodien en 1988. Et c’est allongé par terre sur le sol froid de sa cuisine, à 6 heures du matin après une nuit blanche, qu’il écouta avec horreur Bill Buckner laisser passer la balle entre ses jambes lors de la terrible défaite des Red Sox en 1986. A la télévision, il se souviendra pour l’éternité du «Miracle on Ice» et du match Borg-McEnroe à Wimbledon en 1980. Il comprit à quel point la vie pouvait être injuste lors de la défaite du sublime Brésil contre l’Italie en 1982. En live, les plus grands moments de bonheur resteront les titres de son CP Berne vécus sur place, soit à Lugano en 1991, à Fribourg en 1992 ou à la Bernarena en 2010.

A tout cela s’ajoute son amour pour la pratique de très multiples disciplines sportives, qu’il a la chance de partager maintenant avec ses trois enfants adolescents. Pour les mordus comme lui qui veulent comprendre pourquoi le sport les touche autant, il ne peut que conseiller la lecture de trois de ses livres préférés :  «La légende du football» de Georges Haldas, «The Joy of Sports» de Michael Novak ou «Take Time for Paradise» de A. Bartlett Giamatti.


Arnaud Antonin, football

Arnaud ne fait pas les choses que par doubles moitiés. D’abord, il est double minoritaire francophone dans ses deux pays. C’est un Belge des Alpes, ou un Valaisan européen, ce qui le plonge dans d’interminables conflits identitaires. Imaginez, il devrait apprendre au moins 5 langues pour parler à tous ses compatriotes. Il a quand même décidé d’en apprendre une quand il était petit et peut donc écrire en français.

Son but en tant que Valaisan est d’exporter la Belgique, y compris son football et son amour pour le Standard. Quand il va en Belgique, il ne lui est pas facile de se vanter des résultats du FC Sion, club qu’il est parmi les derniers à oser soutenir… D’ailleurs le fromage à raclette est un bien meilleur ambassadeur du Valais.


Christian Fauzia, football 

Enseignant dans un Lycée à 100%, Christian Fauzia a donc, selon ses proches, du temps pour «profiter de la vie»… Il est, notamment, un spectateur assidu des matchs du grand «Gzamax Fotballe Clube».

Depuis une trentaine d’années, il a passé d’excellents moments à la Maladière souvent accompagné de son père ou, parfois, de copains d’enfance et de sa première petite chérie. Il a même, de temps à autre, apprécié le spectacle offert par les joueurs sur le terrain !

Depuis quelque temps, il se demande si assister à des compétitions de hornuss féminin en catégorie moins de 13 ans ne lui apporterait finalement pas plus de satisfaction...


David Despont, football

Un des premiers et principaux piliers de l’édifice CartonRouge.ch, David prépare un retour fracassant sur le site que toute la rédac attend de pied ferme. D’abord footballeur avant de devenir entraîneur assistant de la deuxième équipe du FC Echallens, «Deps» a attrapé très jeune le virus du ballon rond. Pas un jour sans qu’il se nourrisse d’informations sur la toile ou autres magazines anglais pour «footeux». Au fil des années il est devenu une bible incontournable du football en général et de la Premier League en particulier.


Ernest Shackleton, football

Supporter inconditionnel du FC Sion, Ernest attend patiemment le départ de son président-entraîneur-soigneur-masseur-joueur-magnétiseur afin de redonner au club valaisan le statut qui est le sien. Pour l’instant, il se contente de l’accompagner dans ce difficile purgatoire annuel qu’est la Super League.  Adorant se gausser des recrutements annuels d’espoirs libanais et de quarantenaire péruvien, il n’en demeure pas moins un fervent supporter de  l’équipe aux 10 titres en 10 finales de Coupe. Tantôt théoricien, parfois défaitiste, Ernest ne peut s’empêcher de garnir le gradin nord et de chanter malgré la force de convictions opposées à la politique menée par son club. Valaisan de naissance mais exilé en semaine, vous n’aurez aucune peine à le retrouver accoudé à l’un des bars de la ville de Sion chaque week-end, une Blonde 25 à la main…


Fabian Delmonico, gymnastique

Tombé dans la marmite de la gymnastique depuis son plus jeune âge, Fabian essaie d'en sortir mais sans grand succès. Afin d'y parvenir, il trompe l'ennemi en pratiquant, dans le désordre, l'escalade, le broomball et la course à pieds. Il a le sport dans la peau et aime le pratiquer (mais pas trop quand même), le regarder (surtout avec une bière à la main) et le partager (merci Carton Rouge).

Formé à la colonie des plagistes du canton de Vaud, filière médias et communication, il travaille actuellement dans la publicité online. Etant actif dans le domaine virtuel de la Grande Toile, il est convaincu que ce moyen de communication permettra à des sports oubliés et occultés par le Grand Journalisme sportif romand de se faire connaître (merci Carton Rouge).


Gary Romain, administrateur, bricoleur en chef et rédacteur éclectique

Diplômé en pas grand chose, Gary pratique activement le pilier-de-barisme à haut-niveau et les théories fumeuses sur le sport dont il est un spécialiste redouté. Plongé depuis tout petit dans le football et un peu dans tous les sports, il est particulièrement attiré par le championnat de France de L1, le rugby, le hockey, mais ne se prive pas de donner son avis sur un peu tout, même si on ne lui a rien demandé.


Gian del Mulo, football

Salut cher lecteur, je suis Gian del Mulo, et à l'instar d'autres brillantissimes rédacteurs sur ce brillantissime site, je suis un sombre connard. Mais un connard passionné, entendons-nous bien : de sport en général, de foot, de basket, de tennis, de moto, de foot US en particulier. Comme je suis extrêmement imbu de ma supérieure personne, je dis JE, et je préfère mille fois le strass et les paillettes d'un Boston-Lakers en NBA au désert émotionnel et technique d'un Gland-Renens en 2e ligue, les frimas d'un choc en NFL à l'odeur de saucisse autour d'un Rhinos-Centurions, ou la ferveur d'un derby romain au Stadio Olimpico à la léthargie générale d'un LS-Baulmes à la Pontaise. N'en déplaise à mes collègues chroniqueurs de proximité, que je salue au passage.

Journaliste par profession, emmerdeur par vocation, je trouve sur ce site un formidable espace cathartique et de liberté, qui me permet de revendiquer haut et fort une certaine forme de subjectivité, parfois teintée de mauvaise foi mais souvent formulée dans d'interminables tournures de latiniste. C'est bon et salvateur, crois-moi cher lecteur, de pouvoir se laisser aller, sans toutefois perdre de vue que si l'on écrit sur CartonRouge.ch, c'est surtout pour partager une passion.

Alors voilà, puisque dans le domaine du foot il est de bon ton d'admettre aimer la Premier League, la Liga, la Bundesliga, voire même la Ligue 1 (quelle misère) avant même d'envisager avouer sous la torture que oui, il y a aussi du foot en Italie et qu'il est même d'un excellent niveau, alors voilà, disais-je, je couvre ici-bas la Serie A italienne. Après tout, je suis immunisé, ayant observé durant toute mon enfance mon père sicilien, capable de se vautrer tous les dimanches en survêt' devant la TV, à s'extasier et à jurer et en se grattant l'entrejambe. A croire qu'il faut être tombé dedans en étant petit, un peu comme pour Yves M. avec son LS...

J'espère que mon emploi du temps de ministre m'en laissera l'occasion bientôt, j'aimerais aussi écrire sur mon autre grand dada, le basket NBA (à voir avec mon confrère mais néanmoins ami, Georges B., lui aussi un sombre connard). Mais en attendant, cher lecteur, j'espère contribuer à t'éveiller aux arcanes et aux joies du Calcio, le championnat des Champions du Monde, faut-il le rappeler ici...


Grégoire Etienne, football 

Marié et père de famille, Grégoire Etienne est un grand passionné de sport en général, de football et hockey en particulier. Toujours partisan, parfois impulsif et souvent de mauvaise foi, ce joueur de broomball depuis près de 20 ans vous promet de pondre une fois un article sur ce sport si méconnu.

Inconditionnel du LS et grand supporter de clubs aussi peu collecteurs de titres que sont le LHC, Ambri-Piotta, le HSV, Crystal Palace ou le Sporting Club de Bastia, c’est avant tout un amateur du football à l’ancienne, des tribunes populaires et des bons tacles glissés qui ont malheureusement de plus en plus laissé place au foot business, aux jérémiades de mercenaires surpayés et bêtes à manger du foin. Préférant de loin un Danemark-Cameroun à un Espagne-Portugal, il n’a aucun problème à se mettre à dos bon nombre de lecteurs si le sujet en vaut la peine.

Son expérience du monde des tribunes et des déplacements improbables lui permettent d’adopter une approche différente qu’on retrouve dans ses modestes écrits.


Grégory Soldati, football

Greg est un Servettien pour le meilleur et pour le pire. Outre son soutien au club 17 fois champion suisse, Greg supporte l’AC Milan ainsi que les Grenats du sud, l’AC Bellinzone, club de la ville d’origine de sa mère.

Le deuxième sport de Greg est évidemment le hockey sur glace. Depuis tout petit, son père, un inconditionnel du HC Lugano, le plonge dans ce sport et le met sur la bonne voie : supporter les «Bianconeri». En plus de sa grande passion pour le sport, Greg adore rédiger des articles. Depuis longtemps, il cherche une possibilité pour combiner ses deux principaux loisirs et au mois de mars 2008 découvre CartonRouge.ch !


Guillaume Privat, voile

Etudiant en Gratte-Papier dans une entreprise pas très reconnue, jeune aventurier dans le domaine de la voile. Il compare souvent le sport à un panier de crabes. Depuis tout petit un pied sur l'eau et dans l'eau, il s'intéresse à l'évolution de ce sport et des courses lémaniques en tous genres. Il aime bien découvrir de nouveaux horizons sportifs et donner son commentaire sur les régates de voile.


Jean Dreier, hockey

48 ans depuis quelques semaines (du respect les gamins), je suis le HC La Chaux-de-Fonds depuis une douzaine d'années, alors que le club traînait au fin fond de la LNA. Vraie pipelette du forum off, j'ai été contacté par la rédaction de CartonRouge.ch pour donner une couleur bucolique sur un site vaudo-vaudois. De par mes origines emmentaloises et jurassiennes de naissance, j'assure donc la parole des ch'tis, de façon peut-être un peu trop sérieuse parfois, c'est ma formation de comptable qui veut ça. J'essaie de me corriger, mais c'est pas forcément facile de devenir une star de la dérision telle qu'on en trouve sur Carton Rouge. Marié et père de trois enfants, j'ai entrepris d'inculquer à toute ma famille la passion du hockey d'une part, celle du HCC en particulier. Je suis capable d'être de très mauvaise foi, mais je me retiens... pour le moment.


Jean-Boris Cochet-Lamouche, hockey

Jean-Boris Cochet-Lamouche ambitionne depuis tout petit de devenir journaliste sportif à la TSR. Après l'envoi répété de son CV à la rédaction des sports et le refus catégorique de cette dernière de lui accorder un entretien, il a décidé qu'il se vengerait d'une manière ou d'une autre.


Jean-Philippe Ritz, hockey

Très tôt diagnostiqué «différent» par l’entier du corps médical psychiatrique, notamment suivi par l’éminent professeur H. Lecter, le petit Jean-Philippe à forgé son caractère entre thérapies de groupe et séances d’électrochocs afin de corriger sa complète absence de sociabilité. Partiellement libéré de son agressivité permanente mais pas de son goût pour la viande très rouge, il a suivi un brillant parcours estudiantin en sciences de la glande, obtenu une Maîtrise en Techniques de camouflage de l’inactivité au Cambridge Institute of Do-nothing-but-do-it-well, et couronné son cursus par un Master en Management de la paresse à la Mexican Faculty of the Siesta under the Sombrero.

Membre éminent de l’Eglise de Hockeylogie, il porte la bonne parole de St-Bobby Orr le prophète en tout lieu où ses tribulations le poussent bien malgré lui. D’un parti pris d’ouverture aux autres croyances (il est proche de l’idéologie de Saint Roger de Bâle), toujours prompt à accepter le débat avec les dignitaires des diverses fois du monde, il reste toutefois d’un hermétisme de tupperware face aux ténèbres du démon Footix et ses sbires.

Heureusement écarté très vite d’une très peu probable carrière de hockeyeur, il compense sa profonde frustration en s’adonnant à la démolition verbale de tous ces professionnels du Hockey qui lui rappellent sans cesse son absence totale de talent sur glace.


Jérôme Nicole, tennis

Étudiant littéraire, Écossais de coeur, baroudeur et admirateur de Rodgeur, Jérôme est aussi chroniqueur occasionnel pour CartonRouge.ch ! Autant de casquettes qui donnent un sens aussi profond que trivial à ses analyses tennistiques. Outre le tennis, il apprécie la Guinness et le cricket, deux sports dont la popularité n’a d’égal que le talent de ceux qui les pratiquent. Et qui sont aux Britanniques ce que l’équipe de France est aux Français, un culte. God save the Queen !


Johan Tachet, football

Valaisan exilé à Lausanne et devenu un vieil étudiant en géographie depuis quelque temps déjà, Johan a récemment arpenté les collines moutonnées de l’Ecosse profonde, avant de revenir à la quête de la Petite Arvine. Footeux et désinvolte avant tout, il essaie de pousser le ballon sur les terrains champêtres des ligues inférieures de La Côte, avant de se complaire au Captain Cook devant les arrêts de Reina, le fighting spirit de Gerrard et les buts de Torres. Il se dit qu’un jour, il pourrait reprendre les rênes de Liverpool ou du FC Sion, son CV sur Football Manager parle en sa faveur, mais en attendant il se délecte pour CartonRouge.ch, plume à la main.


Julien Ballis, webconcepteur

Les nuits blanches de Julien pour CartonRouge.ch sont aussi nombreuses que les Grands Chelems gagnés par Federer et Sampras réunis ! Architecte de la première et de la deuxième maquette, son talent n’a d’égal que sa motivation pour le site. Tête dure et perfectionniste, il est un pion essentiel dans l’aventure cartonrougienne. Ce docteur ès TYPO3 est par ailleurs le patron et fondateur de Meedia, une société spécialisée dans le web qui ambitionne de racheter Google pour 1 CHF symbolique.


Julien Echenard, football et chef rubrique volleyball

Préférant le tacle à la clavicule et la tête plongeante à hauteur de cheville aux roulettes et autres gestes techniques navrants, c’est tout naturellement que Julien s’intéresse au football écossais. Jambo d’adoption, Julien a adopté l’Ecosse comme Gabor Kiraly les bas de training gris. N’arrivant pas à créer la polémique comme ses illustres collègues, il ne désespère pas de se faire insulter en bas de ses articles suite à un papier provocateur sur St-Mirren ou Derek Riordan… «Come on yae Scots !»


Julien Mouquin, administrateur, football et hockey

Présent dans l’aventure CartonRouge.ch depuis le début de sa version internet, Julien Mouquin a sévi dans plus ou moins toutes les rubriques foot et hockey du site, avec toutefois une très légère préférence pour la rubrique foot allemand et en particulier la section matchs au Westfalenstadion. Abonné au Lausanne-Sport, au Lausanne Hockey Club, au Borussia Dortmund et détracteur invétéré d’à peu près tout le reste, Julien se fait chaque semaine de nouveaux amis sur ton site préféré grâce son objectivité légendaire et sa capacité à s’affranchir de toutes considérations partisanes. Bien que sa tête soit mise à prix dans la majorité des cantons romands et qu’il soit interdit de séjour dans la plupart des pays du sud de l’Europe, il n’hésite pas à payer de sa personne en parcourant plus de 30'000 kilomètres par saison pour aller voir des matchs et te relater le football au cœur de l’action, avec parfois quelques diversions ethylo-festives afin de mieux s’imprégner des coutumes locales.


Laurent Arpagaus, football

Passionné de football et plus particulièrement du Servette FC, club qu'il supporte depuis son plus jeune âge, Laurent est également un ardent défenseur de «l'anti sport business» et raconte à qui veut bien l'écouter «le pourquoi du comment trop d'argent dans le sport tue le sport» pendant des heures. 

Il a obtenu son diplôme international de buveurs de litres de bières lors d'un séjour intensif en Bavière et se consacre régulièrement à divers exercices pratiques. Grande gueule genevoise, il a trouvé sur CartonRouge.ch le moyen idéal de relater les matchs selon sa vision des choses et surtout de pousser des coups de gueule quand il le faut !


Ludwig Seeländer Diebstahler, hockey

Ludwig est, avant tout, un Suisse allemand. Jusqu’au bout de sa collection de sandalettes en cuir, de ses archives discographiques particulièrement complètes de l’œuvre de DJ Bobo et Gölä, ou de son Opel Manta. Vice-champion de Suisse de Hornuss artistique en 1967, il fut également le président-fondateur bien qu’unique membre du Mörigen Eisschwingerklub dès octobre 1969. Il dut toutefois se résoudre à la dissolution de l’association en décembre 1969, dès qu’il put quitter l’hôpital qui l’amputa des 4 orteils qui gelèrent suite à son premier Brienzer sur la glace trop fine du lac.

Polygame marié à 3 épouses et père de 19 enfants, il a très tôt été conscient de l’importance de la maîtrise des langues nationales pour leur avenir. C’est ainsi qu’il veilla avec sévérité à ce que tous soient parfaitement bilingues allemand/dialecte. Il n’a pas pour habitude de badiner avec les choses sérieuses.

Fidèle parmi les fidèles du Stade de Glace seelandais, il est titulaire de la même place depuis son inauguration et entend bien récupérer ce magnifique siège orange qui n’aura connu que son séant lorsque les Stades de Bienne seront venus.

A court de rédacteur biennois romand pour cause de lausannisme exacerbé, c’est vers cet austère végétalien cultivateur de ses propres graines et chimiste artisanal à ses heures perdues, au demeurant psychothérapeute pour adolescents victimes de pathologies mentales de son métier, que la rédaction de ton site préféré s’est tournée.

Sa connaissance de la Romandie est purement théorique mais il est tellement plein de bonne volonté pour nous découvrir que dès sa collaboration avec CartonRouge.ch entérinée, il s’est précipité chez son médecin pour renouveler ses différents vaccins.

 

Marc Berthouzoz, football

Aussi dépendant de football que Gascoigne l’est à la bière,
Acteur et reporter depuis l’école primaire,
Il est devenu le Beccaria de la théorie footballistique,
Le Francis Cabrel de l’expression journalistique,
Le Roy Keane du stylo bille,
Et le plus fervent défenseur de l’intégrité de son sport chéri.
Grand admirateur du top niveau,
Il a néanmoins la fibre lui permettant de savourer toutes les émotions qui se dégagent d’un bon vieux Brigue-Aproz.
Fidèle à vie du FC Sion et des cantines qui savent servir des packs de six,
Il n’en ressort que rarement frais, mais assez fréquemment avec des débats ayant frôlé la rixe.


Mathieu Nicolet, administrateur et responsable rubrique hockey

Ancien espoir déchu du Lausanne Hockey Club, ce natif des Grisons aime abreuver les lecteurs d'improbables théories et exégèses doctorales sur le hockey en particulier. Mythomane masochiste doté d'un humour plus que douteux et vouant un culte maniaco-schizophrénique à la couleur verte, Mathieu Nicolet touche aussi au tennis, au cyclisme et à l'athlétisme si son taux d'alcool et de tétrahydrocannabinol dans le sang le lui permet.


Nicolas Jayet, tennis

Abordé au détour d'un terrain de tennis, le chichiteux a bondi sur l'occasion qui lui était offerte de se faire la main sur CartonRouge.ch, grâce auquel il a bien plus appris qu'à l'uni. Amateur de foot et de hockey, c'est cette petite balle jaune qu'il a tant de mal à maîtriser qui l'attire le plus. N'ayant pas réussi à devenir le nouveau Federer, Nicolas s'est donc tourné vers la rédaction de papiers pour vivre à fond sa passion.


Nicolas Pollien, football

Passionné de sport en général avec une préférence accrue pour le foot, hockey sur glace et le tennis. Sévit encore quelque peu dans le monde du ballon rond... parfois comme acteur (hé oui tout arrive !), parfois comme curateur (le milieu en a bien besoin...) et souvent comme spectateur ! Vive le sport !


Oscar Sörensen, football et ski alpin

Adepte de caramels, de cravates, de cochon dans le maïs, de cabane sur le chien et de terre promise, Oscar essaie sur CartonRouge.ch de parler d'autre chose. Il n'y arrive pas toujours. Cet auto-proclamé hispano-danois tente également de mettre tous les mots qu'il utilise dans le bon ordre afin que le lecteur s'y retrouve, ne serait-ce que pour lui donner la possibilité de démonter ses arguments.


Pascal Barraz, rubrique J'aime bien / Ça craint et football

La première fois que sa mère l’a senti bouger dans son ventre, c’était lors d’une finale de Coupe de France opposant le PSG à Saint-Etienne. Depuis tout petit immergé dans le monde du foot, Pascal est pourtant fidèle supporter mal aimé et souvent incompris de l’OM ! Sorti tant bien que mal (plutôt mal que bien d’ailleurs…) de l’Université de Lausanne, lui-même modeste footballeur engagé sur et hors du terrain pour faire vivre un petit club du Gros-de-Vaud, grand passionné de sport (football, hockey sur glace, tennis, pétanque, apéro...), il a appris à vivre au son des moqueries de ses amis quand il leur parle de son club de cœur. Parfois déçu, souvent dégouté, il en reste néanmoins persuadé : cette année, comme beaucoup d’autres avant elle d'ailleurs, sera la bonne !


Paul Carruzzo, football et hockey

Paul est un miraculé du journalisme sportif si l’on considère que son père le découragea depuis tout petit de faire du foot et que son professeur de français le considérait comme un étudiant médiocre ! Désormais établi en Angleterre, cet ex-joueur de 2eme ligue valaisanne continue d’observer avec malice les exploits des clubs suisses et de son FC Sion en particulier. Dans ses moments d’égarement, il voue également un support inconditionnel au meilleur club valaisan de hockey : le HC Martigny (personne n’est parfait). Parfois impatient voire pour certains mauvais perdant, il a le profil idéal pour aborder de manière fort corrosive la gestion chimérique des clubs de foot moderne.


Psyko Franco, football

Psyko Franco est un sale con ! Il le dit lui-même et considère ce trait de personnalité comme une de ses principales qualités. Imbu de sa propre personne, il n'aime que lui et jouit particulièrement quand il étale sa science. Psyko Franco n'a pas d'âge ni de profession, car une Idée Suprême telle que lui ne peut être catégorisée de la sorte.

Psyko Franco déteste les lecteurs qui n'aiment pas ses chroniques, en raison de leurs déficiences mentales et de leur manque de capacités intellectuelles pour comprendre ne serait-ce qu'une once de ses écrits géniaux. Psyko Franco hait aussi les lecteurs qui aiment ses chroniques, car il estime qu'ils ne sont de toutes façons pas aptes non plus à percevoir le dixième de son message et qu'ils sont, par conséquent, hypocrites.

Psyko Franco parle toujours de lui à la troisième personne car même son enveloppe charnelle n'est pas digne de s'approprier son incroyable talent et la force de ses pensées philosophiques. Pour finir, Psyko Franco ne se prend jamais au sérieux. Et ça, c'est bel et bien la seule chose qu'il fasse sérieusement.


Raphi Stollé, football et tennis

Esthète dans l’âme, c’est naturellement que Raphi Stollé est tombé il y a quelques années sous le charme du football espagnol. Depuis lors, soucieux de faire partager son bonheur, il s’est mis en quête de prôner les vertus de la Liga à travers le monde ; à cet effet, il a trouvé en CartonRouge.ch la plateforme idéale pour parvenir à ses fins. Lorsque le FC Barcelone perd un match, Raphi Stollé noie son chagrin dans d’autres domaines tels que le tennis, la Nati ou encore le Servette FC… Cela n’a pas toujours pour effet d’arranger son cas !


Robin Dousse, hockey

Passionné de hockey et de football depuis son plus jeune âge. N'a raté que 25 matches depuis la remontée de Genève-Servette HC en LNA (domicile et extérieur compris) et trouve encore le moyen d'être abonné à Saint-Etienne (championnat de France de football). Lutte activement pour que Carton Rouge ne soit pas exclusivement en mains vaudoises. Fan de jeux de mots bidons dont il essaie de vous faire part dans ses articles.


Roby Steedman, football

Roby Steedman c'est côté pile, du sang anglais : là où le foot n'est plus un divertissement, mais un culte. Ou un match ne dure non pas 90 minutes, mais tout une après-midi. Ou aller au match, ne se fait pas en training ni en maillot, mais en habits du dimanche. Côté face, du sang helvète : un manque total d'objectivité, un sentiment de persécution latent et un côté provocateur. Alors pile ou face ?


Sébastien Junod, sports motorisés

Passionné depuis son plus jeune âge par le football, ses talents très limités balle au pied le condamnent très vite à prendre place sur le banc. Hélas, pas très adroit de ses mains non plus, il perd 6 doigts (ce qui n’aide pas à taper vite sur un clavier et explique la fréquence peu soutenue de ses articles) en coupant les citrons. Il ne lui reste donc plus qu’à se tourner vers l’arbitrage. Impartialité oblige, il ne peut pas se permettre d’écrire des articles engagés sur le football. Si vous lui demandez son avis, il répondra à la sauce Sepp Blatter : «Je ne suis fan que d’un seul club, le FCSS». Et deux papiers par semaine sur le FC Savigny-Sports risqueraient de lasser un peu vite le lectorat.

C’est donc pour la deuxième moitié de son coeur que CartonRouge.ch fait appel à ses services : les sports motorisés. Mais sa production d’articles est à l’image de ses disciplines de prédilection avec la crise financière : au ralenti. Mais comme l’économie fluctue très vite, ne perdons pas espoir...


Vincent Keller, hockey et combats de reines

Comme son nom l'indique, c'est le vainqueur des caves (détenteur des certificats 2005-2008 de «bon dégustateur» du concours Jean-Louis). Pour lui, qu'importe le sport (qu'il ne pratique qu'au pieu avec sa copine), pourvu qu'on ait l'ivresse. Ainsi c'est un inconditionnel du Lausanne HC (sous-club d'une sous-division de hockey helvétique), du FC Schalke Null Vier (enfin, surtout des «vier-null» Veltins 0.5 litre qu'il est possible d'ingurgiter pendant les 90 minutes d'une partie) et des combats de reines valaisans (l'avantage, c'est qu'à jeun ou avec 5 0/oo dans chaque pneu on en voit toujours deux). Il ne crache pas sur un match contre le HC Ajoie (enfin, des 25 Damassines qui vont avec) ou sur une virée dans le stade ennemi du WestfalenStadion (et sa célèbre DAB). Il n'y a guère qu'à la patinoire des Mélèzes où il rechigne à se déplacer : il n'aime définitivement pas les Granita à la bière.


Vince McStein, inclassable

Enthousiaste pessimiste, Vince McStein s’est construit durant sa jeunesse un profil psychologique un peu compliqué… Jeune timide, il a commencé par détester ses profs et les connes de sa classe. S’en suivront les médecins, les journalistes, les arbitres et toute autre forme concrète de suffisance, d’autosatisfaction et de subjectivité. Intéressé, mais pas révolutionnaire pour un sous, il mène ses combats au téléphone avec ses amis, au bistrot du coin, au bord des terrains, dans sa tête beaucoup et sur CartonRouge.ch un peu... Quand il écrit, c’est en musique et c’est rarement pour dire merci ou bravo. 

Co-fondateur et acteur très actif de Carton Rouge papier, Vince McStein est un trentenaire adulescent énervé heureux, souvent vulgaire, peut-être alcoolique et content de ne pas être un obsédé sexuel...


Yan-Karel Grostonnerre, LHCmaniac

Yan-Karel, Ya-Ka pour les intimes, est tombé en amour du LHC un soir de mars 1973 à Montchoisi alors qu’il était encore point sec derrière les oreilles. Il fallait être en plein âge bête pour s’enthousiasmer à l’élégance du patinage de Gérard Dubi, à la fougue et la vitesse du blond Bob Lindberg (et oui, à l’époque certains jouaient sans casque !) et à la fausse nonchalance d’un Claude Friederich qui sous ses airs de bossu un peu lent, détient toujours avec 3.24 points par match durant une saison un des plus ancien records du LHC.
Le jeune Ya-Ka était contaminé. Le virus ne l’a jamais lâché. Depuis ce jour, il a tout vécu, presque tout de ses yeux vu, les plus grands succès, les pires désillusions aussi.

Sous la torture, il reconnaît s’être éloigné du LHC en première ligue, la douleur était intolérable et durant quelques hivers il a dû se réfugier au pied du Corcovado pour noyer sa tristesse dans la Caïpirinha et reprendre goût à la vie en consommant les fruits locaux.

Ragaillardi, il reprit dès les années 90 le chemin du temple de Malley pour ne plus le quitter. Le  mal avait repris le dessus, le poussant souvent en déplacements sur les routes enneigées de l’Helvétie pour combattre son état de manque.

Sportif des gradins et du canapé, il est né avec deux pieds gauches et deux mains juste aptes à tenir verre et bouteille, ce n’est que dans la course à pied qu’il a trouvé quelques satisfactions en participant, entre autres courses, 8x au fameux Mort à Fribourg, alors au pic de sa forme,  il se classa 3389ème parmi 5214 participants en 1999.

En rejoignant CartonRouge.ch, Yan-Karel Grostonnerre entreprend une thérapie libératrice. Plutôt que se coucher sur le divan, c’est en couchant sur l’écran ses mots et ses maux, ses angoisses, ses révoltes et ses espoirs de supporter souvent déçu mais jamais abattu qu’il espère vous inculquer le virus LHC.

Car comme le disait le vieux sage Pu-Ting Ksé Bong : plus on est de fous, moins il y a de riz !


Yves Grasset, hockey

Son âge ne vous regarde pas, mais il a passé la moitié de son existence à fréquenter assidûment le pourtour des terrains de foot (qu'il a bien délaissés depuis quelques années) et surtout des patinoires de hockey. Incapable de tenir sur des patins, cela ne l'empêche pourtant pas de critiquer Robin Breitbach, alors que, hein, il n'a qu'à essayer d'en faire autant. Lorsque l'occasion lui en est donnée, il est capable de s'intéresser à n'importe quel sport, même les plus improbables comme le curling, les boules anglaises, le lancer de tomme au cumin synchronisé sans élan, voire la Formule 1. C'est un partisan déclaré de l'introduction de la peine de mort à coup de pieds au cul spécialement pour Jean-Michel Larqué. Signe particulier : seul supporter des New York Islanders hors de Long Island.


Yves Martin, football

Yves Martin est le contraire d'un généraliste. Il est probablement le collaborateur le plus spécialisé de Carton Rouge, puisqu'il n'écrit quasiment que dans la rubrique Football - Suisse - LNB - Lausanne-Sports - Matches à l'extérieur à plus de 100 km de Lausanne. D'une mauvaise foi considérable et assumée lorsqu'il s'agit de son club, il est à peu près capable de n'importe quoi pour ne pas rater leur prochain match. Un quintal de fidélité absolue, mais qui frise le cas psychiatrique.


Yves de St-Aÿ, hockey

Usant de vannes sciemment pourries dans le but honorable de mettre systématiquement les pieds dans le plat, de piétiner les intouchables et de conspuer ses piètres idoles, il prétend adorer l'autodérision alors qu'il ne supporte pas la moindre critique portant atteinte à l'étendue de son style pathétique et pédant. Risible jusque dans ses choix éditoriaux mais persuadé qu'il a quelque chose à dire sur la perception que la planète doit avoir de son LHC chéri, il se croit capable de deviner le résultat des prochaines votations sur les cellules souches rien qu'en analysant de sa science confuse les performances des équipes de LNB (bientôt de LNA, vu que son club de coeur... enfin bref). Pompeux jusqu'à l'obsession et autosatisfait de ses inepties, ce faux noble populacier – dont la devise empruntée est «Sans la liberté de blâmer, il n'y a point de moquerie flatteuse» – ne mérite aucune marque de sympathie : ignorez-le, vous lui rendrez service.


Rédacteurs «en congé» mais piliers de la première heure :

Benjamin Corbaz, football

Etudiant en théologie, licencié ès lettres, Benjamin est un passionné de sport et de football en particulier, sport qu'il pratique avec bonheur au FC TVRL. Dans le milieu journalistique, il collabore régulièrement aux pages sportives du quotidien 24 heures ainsi que pour le site internet de l'UEFA. Sur CartonRouge.ch, il suit épisodiquement le Lausanne-Sport, club de son enfance qui par ses nombreuses péripéties permet à sa plume d'exprimer pleinement son outrecuidance.


George Baudry, électron libre

Prénom : George
Nom : Baudry
Date de naissance : 26 mai 1974
Nationalité : Suisse
Ville : Gland (VD)
Couleur de cheveux : roux
 
Voilà pour les formalités. Sinon difficile de se présenter alors que tous les lecteurs ont déjà un avis bien arrêté sur soi. Que cela aille du très négatif (souvent) au positif (des fois), George Baudry aime créer la polémique et pense ne laisser personne indifférent. C'est peut-être cela sa grande qualité. D'une très grande mauvaise foi, George Baudry peine à admettre ses erreurs, si rares soient-elles. En plus d'avoir un esprit éclairé, George Baudry aime parler de lui à la troisième personne, il pense qu'en société cela donne un genre.
 
Côté sport, George Baudry est ceinture noire de yoga en eaux vives. Ses amis l'appellent parfois Maître Yoga. Vous le savez sans doute si vous faites partie de ses lecteurs (certains ne le lisent plus mais se sentent obligés de le critiquer tout de même), George Baudry aime le hockey sur glace et Fribourg Gottéron en particulier. Petite passion également pour la NBA qui vient de recommencer et ça, George Baudry aime bien. Une dernière chose. George Baudry n'aime pas trop les intrusions dans sa vie privée, mais il vient de s'inscrire sur Facebook alors sentez-vous libre de l'inviter.


Timothée Guillemin, football

Passionné de football et véritable arpenteur des stades, des plus prestigieux aux plus champêtres, Timothée est un éternel nostalgique, attentif aux dérives actuelles du sport et partisan d'une équité qui tend à disparaître. Et comme à ce combat quotidien s'ajoute l'amour des mots et de la phrase bien tournée et bien sentie, il a trouvé dans CartonRouge.ch un superbe espace de liberté, qu'il essaie d'utiliser au mieux !

Carton Rouge

Avenue Dapples 26
1006 Lausanne Suisse
info(at)cartonrouge.ch
Tous droits réservés.